Le Potager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Dix conseils pour bien gérer votre potager en période de sécheresse

Est-il possible de cultiver un potager alors que les ressources en eau sont rares et qu’un rationnement de l’eau pourrait être imposé ? Arrosez de manière responsable, plantez avec soin et sélectionnez des variétés de fruits et de légumes qui résistent à la sécheresse. Toutes ces pratiques de jardinage durable nécessitent moins d’eau et aident à garantir que votre famille a accès à une variété d’aliments riches en nutriments.

Dix conseils simples en cas de sécheresse pour réduire la consommation d’eau dans votre jardin et bien gérer les restrictions.

1) Bien gérer le moment de vos plantations

Plantez plus tôt au printemps et plus tard à l’automne. La plantation plus tôt au printemps profite du temps chaud et réduit l’exposition aux températures élevées du milieu de l’été. La plantation plus tardives à l’automne minimise l’utilisation d’eau supplémentaire et profite des pluies saisonnières pour établir les plantes. Par exemple, les tomates et autres cultures de solanacées telles que les poivrons et les aubergines ne doivent pas être plantées avant que la température du sol n’atteigne 13°C. Avec un printemps chaud, cela pourrait être dès la mi-avril. N’oubliez pas de toujours utiliser un thermomètre de sol pour des lectures précises de la température du sol.

2) Le paillis est obligatoire

Une couche de paillis de 7 à 10 cm peut réduire les besoins d’arrosage jusqu’à 50 %. Le paillis réduit l’évaporation de l’eau et maintient la température du sol à un niveau bas pendant les chauds mois d’été. L’herbe coupée, les feuilles séchées, les aiguilles de pin, la paille et l’écorce déchiquetée sont autant d’exemples de paillis naturels qui peuvent être utilisés pour recouvrir le sol. Le foin n’est pas recommandé car il contient des graines, qui produisent des mauvaises herbes qui peuvent devenir problématiques.

3) Utiliser des espaces délimités

Les jardins plantés dans des espaces clos, par exemple un lit de jardin surélevé, retiennent mieux l’eau que les potager plantés en pleine terre. Plantez les graines et les transplants selon un schéma hexagonal « décalé » plutôt qu’en rangées droites. Un arrangement hexagonal regroupe les plantes plus près les unes des autres, ce qui fournit de l’ombre des feuilles, gardant le sol frais et l’eau de s’évaporer.

4) Favorisez le compagnonnage

La plantation d’accompagnement est la pratique consistant à regrouper les cultures pour un bénéfice mutuel. L’approche des «trois sœurs» consistant à planter du maïs, des haricots et des courges ensemble est l’exemple parfait de la plantation compagne. Les tiges de maïs hautes fournissent un support structurel pour les haricots grimpants, les haricots renvoient l’azote dans le sol et la courge se répand sur le sol en agissant comme un paillis et en gardant le sol frais.

5) Optimisez le moment de l’arrosage

Le meilleur moment pour arroser votre jardin est tard le soir et tôt le matin, généralement 21 h et 6 heures du matin. La température matinale plus fraîche et le vent plus faible réduisent les taux d’évaporation de l’eau.

6) Arrosez efficacement

L’arrosage aérien avec un système d’aspersion n’est pas aussi efficace que l’irrigation goutte à goutte. Par rapport aux systèmes aériens, les systèmes goutte à goutte peuvent réduire de moitié la consommation d’eau. Installez un système d’irrigation goutte à goutte en regroupant les plantes ayant des besoins en eau similaires sur une seule ligne d’irrigation goutte à goutte. Les systèmes d’irrigation goutte à goutte sont relativement faciles à installer pour la plupart des bricoleurs.

7) Contrôlez les mauvaises herbes

Les mauvaises herbes embêtantes rivalisent pour la précieuse ressource qu’est l’eau mais aussi le soleil et les nutriments du sol dans votre jardin. Enlevez les mauvaises herbes avant qu’elles n’aient la possibilité de fleurir ou de se propager.

8) Plantez des cultures résistantes à la sécheresse

Achetez des variétés de fruits et de légumes qui se portent bien dans les climats chauds et secs. De nombreuses variétés anciennes des régions méditerranéennes sont appréciées pour leur tolérance à la sécheresse. Les variétés plus petites sélectionnées pour les conteneurs produisent souvent un rendement plus abondant par plante que les variétés standard. Évitez les cultures trop gourmandes en eau. Les légumes économes en eaux comprennent les asperges, les blettes, les aubergines, les feuilles de moutarde, les poivrons, les tomates roma et certaines variétés de fraises. Vérifiez auprès de votre pépinière locale quelles sont les variétés recommandées pour votre localité.

9) Bien gérez les besoins de vos plantes au cas par cas

Les fruits et les légumes ont des périodes critiques d’augmentation de la demande en eau. Pour la plupart des plantes, une fois qu’elles sont établies, les temps et les quantités d’arrosage peuvent être réduits jusqu’au début du processus de floraison ou de nouaison (transformation de l’ovaire de la fleur en fruit). Une plus grande quantité d’eau doit être réintroduite pendant cette période. Après cette période initiale de nouaison, l’eau peut être lentement réduite à nouveau. Dans certains cas, la réduction de l’eau peut améliorer les saveurs de votre récolte (pensez aux tomates cultivées à sec).

10) Bien déterminer la taille de votre jardin potager

Déterminez la quantité de fruits et légumes nécessaires pour nourrir votre famille, suivant le nombre de membre. Si vous avez surproduit et gaspillé des récoltes l’année dernière, diminuez la quantité de plantes cette année. Mettez en place un échange de récoltes dans votre quartier pour que tout le monde cultive moins mais ait toujours une grande variété de légumes et fruits à consommer.

Et vous ? Quels sont vos conseils en période de sécheresse ?

Une réflexion au sujet de “Dix conseils pour bien gérer votre potager en période de sécheresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.