Le Potager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

8 conseils pour bien démarrer un potager au printemps

Nous y sommes, le printemps est là et les jours plus chauds commencent à se profiler petit à petit !
Mais attention, si vous prévoyez de commencer votre potager, il faut savoir comme comme pour toute nouvelle activité dans laquelle on se lance, mieux on sera préparé, mieux on réussira !

C’est pourquoi, je vous propose aujourd’hui de découvrir 8 conseils pour bien démarrer un potager au printemps !

1) La planification

Le premier conseil pour les les potagers réussis est toujours la planification. Au fur et à mesure que le printemps se déroule, votre jardin se réveille, tout comme les insectes qui l’habitent. Prévoyez de faire une visite quotidienne de votre jardin pour être à l’affût des créatures embêtantes et soyez prêt à prendre des mesures si nécessaire. Les punaises, les limaces et les escargots causent beaucoup de problèmes, alors ayez l’œil. Continuez à mettre à jour votre journal de jardin avec des observations, des notes météorologiques et des heures de plantation, et vérifiez les recommandations de votre région pour savoir quoi et quand planter. Le printemps peut être rempli de coups de froid de fin d’hiver. Soyez prêt à protéger vos plantes! Découvrez dans quelle zone vous vivez et la meilleure façon de protéger vos plantes pour votre région.

2) Préparez et entretenez.

Si vous avez planté des cultures d’hiver, coupez-les et transformez-les en terre deux semaines avant la plantation. Retournez votre tas de compost, commencez-en un nouveau et ajoutez du compost autour de vos plantes. Fertilisez les légumes avec une alimentation foliaire biologique pour les garder en bonne santé.

3) Préparation du compost.

Le compost organique riche est un aliment fantastique pour votre futur jardin. Cela prend du temps à «faire», cependant, nous vous suggérons donc de commencer maintenant. Vous aurez besoin d’ingrédients facilement disponibles: déchets de jardin et de cuisine, air et eau. Vous aurez également besoin d’un endroit pour mettre votre compost, qu’il s’agisse d’un tas ou d’un bac. Il existe plusieurs bacs à compost disponibles sur le marché, sans oublier que vous pouvez fabriquer votre propre bac à compost. Si vous optez pour un tas de compost, vous avez besoin d’un espace d’environ 1 m². Ensuite, étalez simplement plusieurs centimètres de matière sèche et brune, comme des feuilles, des tiges ou de la paille. Ajoutez quelques centimètres de matière verte, comme des déchets de cuisine (épluchures de légumes et écorces de fruits, pas de restes de viande!). Ensuite, ajoutez une fine couche de terre de jardin et une autre couche de matériau brun. Humidifiez, mais ne trempez pas la pile. Répétez jusqu’à ce que votre tas de compost mesure au moins 1 m de haut. Retournez votre tas de compost toutes les deux semaines, en veillant à déplacer le matériau au centre du tas vers l’extérieur et le matériau le plus à l’extérieur vers le centre. Gardez le tas humide, mais pas détrempé.



4) Préparer de quoi faire ses semences à l’intérieur.

Prenez de l’avance sur la plantation de printemps et ayez vos propres semis prêts à être transplantés. Tout simplement, les graines ont besoin d’une température, d’une humidité et d’une lumière appropriées pour germer. C’est simple et rapide, tout ce dont vous avez besoin, c’est des semences, de la terre, des graines de préférence bio et des contenants. Vous pouvez faire fabriquer des plateaux pour la plantation en intérieur dans votre quincaillerie locale. Nous vous recommandons de recycler les gobelets en papier ou en plastique. Il est sage de stériliser vos contenants. Vos conteneurs doivent avoir des trous de drainage pour l’excès d’eau, ce qui signifie que vous aurez également besoin d’un plateau peu profond et étanche pour les contenir. Les petits contenants sont les meilleurs, nous suggérons environ 7 à 10 cm de diamètre. C’est tout l’espace dont vous avez besoin puisque vous allez transplanter les semis avant qu’ils ne deviennent suffisamment grands pour avoir besoin de plus de place.

5) Semer vos graines en intérieur.

Votre terre doit être humide mais pas gorgée d’eau. Si ce n’est pas le cas, humidifiez la terre avant de remplir vos godets. Placez quelques graines sur le dessus de votre terre. Utilisez votre doigt pour pousser les graines d’environ 1 cm. Assurez-vous que les graines soient complètement couvertes. La terre doit rester uniformément humide. Ne la laissez jamais sécher. Pendant que vos graines sont encore en phase de germination, vous devrez peut-être humidifier légèrement la terre par le haut si vous remarquez qu’elle se dessèche. Avec un bac d’eau sous les godets, essayez d’utiliser un dôme en plastique pour augmenter les niveaux d’humidité et retenir l’humidité dans le sol. Cependant, après la germination, ajoutez toujours de l’eau dans le bac, pas dans les récipients eux-mêmes. Vos plants recevront la bonne quantité d’eau et vous aiderez à prévenir les maladies. Vérifiez quotidiennement vos contenants pour vous assurer que vous retirez les couvercles, que l’éclairage est en place et que vous fournissez suffisamment d’eau.

Dans la phase de germination et avant la germination des plantes, vous devrez garder les récipients au chaud. Placez-les à quelques centimètres au-dessus d’un radiateur, au-dessus de votre réfrigérateur ou de votre sécheuse ou utilisez un tapis spécial vendu spécifiquement pour la germination des graines.

Une fois que les graines ont germé et mesurent environ un 1 cm, les exigences changent. Maintenant, vous voulez une température ambiante confortable (entre 15 et 21 degrés Celsius) et de la lumière. Il ne reste qu’un bon éclairage. Sans un bon éclairage, vos plants deviendront grêles, fines et pas si sains. Une fenêtre orientée au sud devrait fournir suffisamment de lumière, mais de nombreux jardiniers utilisent des lumières végétales. Les lumières fluorescentes, environ 6 à 8 cm au-dessus des semis, feront très bien l’affaire. Elles fournissent suffisamment de lumière, mais restent au frais. Ceci est important, car trop de chaleur tuera vos semis.

Dans les régions plus chaudes, vos semis bénéficieront d’être amenés à l’extérieur pendant la journée. Ils recevront la chaleur et la lumière du soleil.

6) Faites l’inventaire de vos outils de jardinage.

S’assurer que vous disposez de tous les outils dont vous avez besoin maintenant vous permettra de réduire le nombre de déplacements de dernière minute vers la quincaillerie ou la jardinerie plus tard.

Voici quelques-uns de nos choix favoris:
• Outils à long manche pour la préparation des lits: pelle, râteau, houe de jardin
• Brouette pour transporter de la terre et des objets plus lourds
• Outils pour le repiquage: truelle, plantoir pour repiquer
• Sécateur pour l’entretien
• Gants de jardin …



7) Préparez vos plates-bandes

Préparez vos plates-bandes surélevées ou vos zones creusées pour la plantation. Il y a quatre types de préparation différents à discuter: de nouveaux lits surélevés, de nouvelles zones creusées dans le sol, des plates-bandes surélevées existantes et des zones creusées existantes.

La préparation de nouveaux lits surélevés est assez simple.

Tout ce que vous avez à faire est de remplir les plates-bandes avec une terre de jardin biologique de bonne qualité, de préférence avec un peu d’engrais organique mélangé. Nous suggérons d’ajouter du fumier de vers de terre au mélange pour favoriser l’activité microbienne bénéfique. Cela contribue à augmenter la résistance de vos plantes aux maladies.

La préparation de nouvelles zones enterrées nécessite plus de travail au départ.

Ne désespérez pas ! En suivant ces conseils de jardinage printanier, vous économiserez du travail plus tard dans le cycle de jardinage. Les nouvelles zones creusées doivent être retournées ou labourées de manière agressive. Vous pouvez utiliser une houe de jardin plate ou une pelle ou, si vous avez un grand jardin prévu et / ou un sol dur, un motoculteur est un incontournable. Plutôt que d’en acheter un, vous pourrez peut-être en louer le ou vous le faire prêter par un voisin. Une fois le sol labouré, arrosez-le généreusement et suivez-le avec un arrosage régulier tous les jours pendant deux semaines. Cela déclenche la germination de la plupart des graines de mauvaises herbes dans le sol labouré. Quand elles poussent, vous pouvez facilement les arracher avant de planter. La quantité de désherbage manuel que vous devrez faire pendant la saison de croissance sera bien moindre. Terminez ensuite en suivant les mêmes étapes que pour les lits existants.

Les plates-bandes surélevées et les zones creusées existantes.

Les deux cas suivent le même type de préparation. Tout d’abord, retirez toutes les vieilles plantes et labourez le sol. Travaillez dans un sol organique frais et ajoutez du terreau et du fumier de vers. Vous avez terminé !

8) Bien sélectionner l’endroit de vos plantations.

Une chose à retenir avant de commencer vos plates-bandes de printemps est l’emplacement, l’emplacement et l’emplacement!

Juste un conseil pour le moment,votre potager devra être placé dans un endroit suffisamment ensoleillé tout au long de la journée.

N’hésitez pas à parcourir le blog pour y trouver de nombreuses autres astuces pour votre potager.

A vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *