Le Potager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

6 conseils pour démarrer votre premier potager à partir de rien

Le jardinage de légumes à la maison peut être un moyen d’économiser de l’argent tout en vous rapprochant de la nature. Par exemple, même un seul plant de tomate peut être très abordable (pensez à 1,5 à 5 € ) et fournir jusqu’à 5 kg de tomates au cours de la saison (ce qui peut facilement vous coûter 20 € ou plus). La culture de tomates et d’autres légumes ou herbes à partir de graines peut vous faire économiser encore plus d’argent. Vous constaterez également que la saveur et la texture des produits du jardin sont bien meilleures que ce que vous avez l’habitude de trouver à l’épicerie. De plus, entretenir votre potager compte comme de l’exercice et en plein air !

Découvrez ci-dessous quelques trucs et astuces pour bien démarrer votre premier potager à partir de zéro.

1. Commencez avec un petit espace

Si vous êtes un jardinier débutant, commencez petit. Il vaut mieux être ravi de ce que vous produisez dans un petit jardin potager que d’être frustré par l’engagement de temps qu’exige un grand jardin. Il est également préférable d’apprendre quelques notions de base sur le jardinage avant d’investir des tonnes de temps et d’argent dans ce nouveau passe-temps. Vous aurez une idée du temps que prend le jardinage. Vous saurez si vous aimez passer du temps à l’extérieur pour planter, arroser et désherber. Vous découvrirez la quantité de produits que vous et votre famille pouvez manger au cours d’un été. Une bonne taille pour un potager débutant est de 2 m sur 2 m. Sélectionnez jusqu’à cinq types de légumes à cultiver et plantez-en quelques-uns de chaque type. Vous aurez beaucoup de produits frais pour vos repas d’été et il vous sera facile de vous en occuper. Cultiver des légumes dans des pots ou des jardinières est également une bonne façon de commencer. Avec eux, vous n’avez même pas besoin d’un jardin, une terrasse ensoleillée ou un balcon fonctionnent très bien !

2. Cultivez ce que vous aimez manger

Qu’est-ce que vous aimez manger ? Votre réponse vous dira ce que vous devez planter dans votre potager. Il y a aussi quelques autres choses à garder à l’esprit lorsque vous décidez de ce que vous voulez faire pousser. Soyez pointilleux sur les variétés et portez une attention particulière à la description sur le sachet de semences ou l’étiquette. Chaque variété de légume a certaines caractéristiques. Certains produisent des plantes plus petites, idéales pour les conteneurs ou les petits jardins. D’autres variétés disposent d’une meilleure résistance aux maladies, des rendements améliorés ou une meilleure tolérance à la chaleur ou au froid.

Commencez par choisir les légumes que vous aimez manger, puis examinez leurs tailles et leurs besoins en matière de soins. Pensez à la quantité de nourriture que vous et votre famille mangerez et à la probabilité de congeler ou donner des produits en excès.

Ensuite, soyez réaliste quant au nombre de graines ou de plantes que vous devez mettre dans le sol. (De nombreux débutants font l’erreur de trop planter.) Des légumes comme les tomates, les poivrons et les courges continuent à fournir tout au long de la saison, vous n’aurez donc peut-être pas besoin de beaucoup de plantes pour répondre à vos besoins. D’autres légumes, tels que les carottes, les radis et le maïs, ne peuvent être récoltés qu’une seule fois et devront ensuite être replantés.

Planter des légumes de diverses saisons vous donnera une récolte de légumes et d’herbes en continu au printemps, en été et à l’automne. Au début du printemps, faites pousser de la laitue, des légumes verts (comme la roquette), des pois, des radis, des fraises, des carottes et du brocoli. Une fois que vous avez récolté vos cultures par temps frais, plantez vos produits préférés par temps chaud, comme les tomates, les poivrons, les aubergines et les herbes. À l’automne, vous pouvez récolter des pommes de terre, du chou et du chou frisé. Astuce pour le jardin d’essai: en plantant des cultures de vigne comme des haricots verts et des pois, vous utilisez l’espace vertical dans le jardin et augmentez le rendement par m².

3. Choisissez l’emplacement de votre jardin potager

Peu importe où vous installez votre jardin ou ce que vous décidez de planter, il y a deux exigences de base que votre emplacement doit satisfaire pour de bonnes récoltes : l’eau et la lumière. Beaucoup de lumière du soleil est un must pour toutes les plantes, les légumes ont besoin du soleil pour la photosynthèse. Les légumes à croissance rapide ont besoin du plein soleil (au moins 6 à 8 heures de lumière directe du soleil par jour) sans obstruction des arbres, des arbustes ou des clôtures. C’est pourquoi vous n’aurez pas beaucoup de succès si vous plantez des légumes qui aiment le soleil dans des espaces ombragés. Si votre jardin fournit une ombre partielle, plantez des légumes et des herbes qui tolèrent ces conditions, comme la laitue, le chou frisé, les blettes, les épinards, la ciboulette, la coriandre, le persil et le thym. Les légumes-racines comme les carottes, les radis et les betteraves peuvent également fonctionner si votre site reçoit au moins 4 heures de lumière directe du soleil par jour. Ou si vous avez une terrasse ensoleillée, passez au jardinage en pot. De cette façon, vous pouvez placer des légumes et des herbes qui aiment le soleil, comme les tomates, les concombres, les haricots, le basilic, l’aneth et le romarin, là où ils vont bien.

Pensez à un accès pratique à l’eau : Plus vous pouvez situer votre parcelle près d’une source d’eau, mieux c’est. Vous devrez être en mesure d’arroser fréquemment pendant les premières semaines après la germination des graines ou la transplantation des semis pour aider ces plantes fragiles à produire des racines et des tiges solides. Une fois que vos plantes sont établies, il est préférable de donner à votre jardin un bon arrosage tous les quelques jours plutôt que d’en arroser un peu tous les jours. Ensuite, l’eau s’enfonce plus profondément dans le sol, ce qui encourage les racines à pousser plus profondément, où elles sont mieux en mesure d’accéder aux nutriments dont elles ont besoin pour rester en bonne santé. Envisagez d’installer une irrigation goutte à goutte sur une minuterie pour aider à minimiser le gaspillage d’eau et le temps dont vous avez besoin pour arroser.

4. Planifiez l’aménagement de votre potager

Choisissez soit la culture en ligne, soit la culture intensive (chacun présente des avantages) lorsque vous planifiez l’aménagement de votre potager.
Culture en ligne : Placez les plantes en une seule file en rangées espacées d’au moins 45 cm afin de pouvoir marcher facilement entre elles. Cette approche est la plus logique pour les grands jardins potagers, car les rangées facilitent l’utilisation d’équipements mécaniques, tels que des motoculteurs, pour lutter contre les mauvaises herbes. L’inconvénient est que l’espace réservé aux sentiers réduit le nombre de légumes que vous pouvez planter.
Culture intensive : Augmentez la productivité de votre jardin avec une culture intensive, ce qui signifie que vous espérez deux ou trois plantes rapprochées dans un lit d’environ 1 m 50 de large (c’est-à-dire une large rangée). Les graines sont semées ou les plants sont placés de manière à ce que leurs feuilles se touchent à peine à maturité. Cette approche fonctionne bien pour la plupart des types de légumes, à l’exclusion de ceux qui rampent (comme les concombres). L’inconvénient de cette méthode est que vous devez désherber à la main car les plantes poussent près les unes des autres.

5. Semez et plantez dans un sol riche

Pour une récolte optimale, votre potager a besoin de la meilleure terre que vous puissiez lui donner. Un sol riche et sain est quelque chose que vous savez quand vous le sentez: il est facile à creuser et se draine bien. Prenez la quantité d’une truelle et mettez-la entre vos mains. Est-ce que ça se sent graveleux? Trop de sable. Est-ce poudreux? Trop de limon. Est-il collant lorsqu’il est mouillé? Trop d’argile. La combinaison de ces trois types, et dans quelles proportions spécifiques, détermine la texture de votre terre de potager. Cette texture affecte le drainage et la disponibilité des nutriments. Vous voulez un sol sombre, friable et littéralement plein de vie. Heureusement, quelle que soit la texture, tous les sols peuvent être améliorés au fil du temps en y incorporant de la matière organique.
Prenons par exemple les sols sableux. Ils sont constitués de grosses particules, de sorte que l’eau et les nutriments s’écoulent relativement rapidement à travers les interstices. L’ajout de matière organique (généralement du compost) au sol sableux aide à remplir les espaces entre les particules de sable, ce qui aide à retenir à la fois l’humidité et les nutriments pour les plantes. Les sols argileux sont exactement le contraire. Ils contiennent de très petites particules densément compactées qui retiennent l’humidité mais ne laissent pas beaucoup d’espace d’air pour les racines des plantes. Le compost aide à séparer ces minuscules particules d’argile afin que l’eau puisse s’écouler plus librement et que les racines des plantes puissent obtenir l’oxygène nécessaire. Pour préparer votre sol pour la plantation, épandez tous les amendements nécessaires, comme du compost, et travaillez-les dans le sol avec une motobineuse ou une bêche. Évitez de marcher sur un sol fraîchement labouré ou vous le compacterez et annulerez tout votre travail acharné. Puis ratissez la surface et arrosez abondamment. Laissez reposer le lit plusieurs jours avant de planter pour que les amendements du sol puissent faire leur travail.

6. Soyez prêt pour les ravageurs et les maladies et protégez les pollinisateurs

Certains problèmes nécessitent des solutions spéciales, mais en général, suivez ces directives pour éloigner les parasites de vos légumes.
Les mauvaises herbes sont en concurrence avec vos légumes pour la lumière, l’eau et les nutriments, il est donc important de les réduire au minimum. Un paillis de paille propre, de compost ou de plastique peut éloigner les mauvaises herbes autour de plantes plus grandes comme les tomates. Utilisez une houe pour décourager les semis de mauvaises herbes qui surgissent.

Les gros ravageurs, tels que les lapins et les sangliers, peuvent faire des ravages dans un jardin potager. Il faut une clôture de suffisamment haute pour empêcher les animaux de pénétrer dans le jardin. Une clôture doit également s’étendre de 15 cm sous le sol pour empêcher les lapins et autres créatures fouisseuses de se frayer un chemin.

Ramasser les gros insectes, les escargots, les limaces et autres chenilles à la main et déposez-les en dehors de votre jardin.

Surtout, ne mettez pas de produits pouvant nuire à nos très chers pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons..) sans qui vous pouvez dire adieux à vos fruits ! Vous pouvez même les inviter à visiter votre potager en leurs proposant de belles fleurs à butiner à proximité de vos plants de tomates.

Réduisez le risque de maladies fongiques en arrosant le sol et non les feuilles des plantes. Si vous utilisez un arroseur, faites-le tôt dans la journée pour que les feuilles sèchent à la tombée de la nuit. Si une plante est la proie d’une maladie, retirez-la rapidement et jetez-la à la poubelle, n’ajoutez pas de plantes malades à votre tas de compost. Parmi les autres moyens de prévention des maladies, citons la culture de variétés de légumes répertoriées comme résistantes aux maladies et le changement d’emplacement de vos plantes chaque année (rotation des cultures) pour empêcher les microbes pathogènes de développer leurs populations.

Une réflexion au sujet de “6 conseils pour démarrer votre premier potager à partir de rien

  1. Conte Michel

    J’ai commencé un potager en Septembre 2020. À ce jour j’ai planté une trentaine de légumes ( sans compter quatre variétés de tomates, autant de pommes de terre) et une quinzaine de plantes aromatiques. Des dizaines de fleurs de toutes les sortes. Des petits fruitiers et des arbres fruitiers. Tout pousse! J’ai déjà récolté des fèves et les petits pois que j’avais semé en Novembre et aussi des radis, de la chicorée, des laitues, de la reine des glaces, de la bourrache, des épinards et de la tétragone. J’ai utilisé différents techniques, des carrés, des buttes, en lignes traditionnelles, en pot… Pour voir comment ça marche et pour apprendre. Vos conseils me sont utiles parce qu’ils sont précis et je vous en remercie. Je suis sur l’Île d’Oléron où il y a pas mal de vent et beaucoup de pluies en hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *