Le Potager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 4,55 out of 5)
Loading...

Test du composteur Bokashi spécial cuisine de chez Hozelock Pure

A la maison, on consomme beaucoup de fruits et légumes et les « déchets » organiques sont donc présents à grande quantité chaque jour entre les épluchures, les feuilles de choux et artichaut, ça pèse lourd, c’est pourquoi avoir un composteur dans le jardin est primordial pour recycler ces déchets verts.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une petite innovation coté composteur avec le composteur Bokashi spécial cuisine de chez Hozelock Pure.

Pour cela, rien de mieux qu’un test en conditions réelles pour se faire une bonne idée du produit !

Le premier avantage que je vois à un composteur de cuisine c’est que je n’aurai pas besoin d’aller courir tous les jours dehors vers le composteur extérieur surtout avec le froid qu’il fait en ce moment, par contre, le premier inconvénient c’est qu’il faut trouver de la place pour le seau à l’intérieur de la maison … et espérer qu’il n’y ait pas d’odeurs !



Tout d’abord, une petite présentation du produit :

Le composteur Bokashi de la marque Hozelock Pure est un composteur de cuisine, véritable révolution dans le monde du compostage : la solution idéale pour réduire vos ordures ménagères. Fini les vers à compost, il vous permet d’obtenir à la fois un engrais liquide (en 5 jours) et un compost riche.L’activateur biologique Bokashi (1 kg) permet le processus de fermentation, les micro-organismes efficaces (présents dans l’activateur ) empêchent la putréfaction et la formation des odeurs désagréables.

Dans la boite du composteur Bokashi vous trouverez :
-un conteneur (seau de de 16 L) aux dimensions 390 x 270 x 320 mm, fabriqué en plastique recyclé ,
-un sac de 1 kg de d’activateur Bokashi
-un couvercle
-un robinet
-un tamis d’écoulement
-une spatule pour tasser les déchets organiques
-un doseur, cuillère graduée pour mettre la bonne quantité d’activateur dans le conteneur
-un récipient pour récupérer le liquide de fermentation pot
-un manuel avec les instructions pour l’utilisation

L’ensemble des éléments sont déjà en place, vous n’avez aucun montage particulier à faire, le robinet est déjà installé, il vous suffira simplement de positionner le tamis à l’intérieur si ça n’est pas déjà le cas et vous êtes déjà prêt à démarrer !

Prenez 2-3 minutes pour feuilleter le manuel en français car il est très bien fait et vous explique très bien la marche à suivre, les éléments que vous pouvez mettre à l’intérieur du composteur Bokashi, les déchets à ne surtout pas mettre, la quantité d’activateur à introduire à chaque étape, les durées avant d’obtenir du liquide de fermentation, tout y est très bien détaillé avec en plus quelques astuces pour un meilleur fonctionnement de l’ensemble.

Si vous n’avez pas eu la version papier du manuel ou si vous l’avez perdu, vous pouvez retrouver ce manuel sur le site officiel Hozelock Bokashi .

D’après le manuel, voici que ce que l’on peut introduire dans le composteur et ce qu’il ne faut pas introduire :

Ce que l’on peut mettre :
Fruits et légumes ( crus et cuits), Aliments préparés, Viandes cuites et crues, Ecorces d’agrumes et des bananes,Fromage, Yaourts, Oeufs,Petits os,Pain, Marc de café,Sachets de thé,Fleurs fanées,Très petite quantité de mouchoirs en papier.

Ce qu’il ne faut pas mettre :
Fluides : vinaigre, jus, sauces, lait, huile, l’eau. Gros os, Cendres, Excréments d’animaux,Papier, Cartons, Plastique, Verre, Métal…Médicaments, produits chimiques et Plantes Malades

Pour ma part, sur l’ensemble du test, j’ai préféré introduire uniquement les déchets végétaux crus et cuits ainsi que le marc de café.



Ceci étant dit, on démarre le test :

Jour 1, je suis la procédure, je mets 20 ml d’activateur au fond du seau (l’odeur de l’activateurpique un peu le nez mais ça passe), je coupe en petits morceaux mes déchets pour accélérer leur décomposition (tache un peu fastidieuse mais on comprend bien que ça ne peut pas fonctionner correctement si on balance des grosses feuilles d’artichauts ou de choux directement sans les couper). Je dépose les déchets organiques coupés dans le seau puis je tasse les déchets pour éliminer les poches d’air (pas facile de tasser lors de la première utilisation car l’encombrement avec le tamis gène un peu mais ça s’améliore après). Je rajoute 20ml d’activateur Bokashi (à faire à chaque fois que l’on rajoute des déchets) puis je ferme bien le couvercle et m’assure bien de l’étanchéité.

Il faut faire attention à ne pas ouvrir trop souvent le composteur, donc je vous conseille de préparer vos déchets et de manipuler le conteneur qu’une fois par jour (ouverture, ajout des déchets, tassage, activateur, fermeture).

Je continue ainsi pendant 9 jours.

Jour 9, je parviens à récupérer 10 ml de liquide de fermentation. Ce jus sert d’engrais végétal, il est conseillé de le doser à 10 ml pour 1 L d’eau.

Jour 14, c’est 200 ml de liquide et le seau est désormais plein. Je place 40 ml d’activateur et je ferme pour 14 jours comme indiqué sur la notice (résultat complet le 12 février!)



Il est conseillé également de continuer à ouvrir le robinet pour récupérer le liquide de fermentation tous les 3/5 jours lorsque le seau est plein.

Passé les 14 jours, on peut verser le contenu du seau dans le composteur extérieur, pour enrichir le compost ou d’enterrer le digestat dans la terre pour fertiliser le sol.

Au bout de 15 jours d’utilisation, aucune odeur ne se dégage du composteur bokashi, c’était ma pire crainte sur le produit et ce test est bien réussi !

Difficile de dire si le liquide de fermentation est réellement efficace mais les plantes de mon intérieur ont été arrosé avec et ça ne semble pas leur déplaire.

Il reste donc désormais à voir quel sera le résultat au bout de 14 jours, je vous donnerai donc le résultat final mi-février.

Concernant l’utilisation, on voit de suite qu’il y a un souci de roulement, car en effet, si au bout de 15 jours, le composteur de cuisine ne peut plus être utilisé, on doit donc reprendre les habitudes et ramener les déchets au composteur extérieur ou alors il faut deux composteurs de cuisine pour les faire tourner… Après ça dépend de la quantité de déchets organiques que l’on produit …

On aurait également avoir plus d’information sur le liquide de fermentation qui est produit et ses usages.

En conclusion :


Les avantages :

-Composteur sous la main dans la cuisine
-Aucune odeur
-Liquide de fermentation obtenu rapidement

Les inconvénients :
-un seul composteur ne suffit pas
-il va falloir racheter de l’activateur à un moment …
– prend un peu de place dans la cuisine (il est conseillé de le conserver à température ambiante)

Dans tous les cas, pour moi, malgré les quelques inconvénients pratiques, ce produit est une belle innovation et une belle réussite, je vais continuer à l’utiliser régulièrement et vous encourage à faire le pas.

Ma note : 5/5 et vous ? 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 4,55 out of 5)
Loading...

Retrouvez les infos sur la page Facebook officielle de Hozelock Pure .

Où commander :

Amazon :

5 reflexions sur “Test du composteur Bokashi spécial cuisine de chez Hozelock Pure

  1. MadlybyZoxy

    Bonjour, je viens de débuter avec mon bokashi (aujourd’hui).
    Avez-vous publié l’avis à l’issu des 15j?
    Je vous remercie.

    1. Jean Baptiste Auteur de l'article

      Bonjour, non je n’ai pas publié la suite après 15 jours mais j’ai pu récupérer du liquide tout au long puis j’ai ensuite choisi de placer l’ensemble des déchets restant dans le gros composteur du jardin pour l’enrichir . Il ne faut pas s’attendre à ce que les déchets organiques soient décomposés au bout de 15 jours mais le travail a bien été entamé.

  2. Florence

    Si je broie ou mixe mes déchets , faudra t.il quand même vider le composteur à un moment où bien la décomposition sera complète avec le temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *